Déclaration universelle des droits du cochon, livre broché

19,90

Pastiche de la Déclaration universelle des droits de l’homme, la Déclaration universelle des droits du cochon traduite du porcin par Armel Louis est un véritable pamphlet amenant une réflexion bienvenue sur la convention qu’il singe, ou plutôt qu’il cochonne.

Dès le préambule, le lecteur est assailli par la transposition des mots de la Déclaration universelle des droits de l’homme où la justice devient écorchage, les humains libres, des pourceaux domestiqués, et l’objectif d’instaurer de meilleures conditions de vie dans une liberté plus grande, celui d’instaurer de vastes fumiers dans une domestication généralisée.

Un très bel ouvrage édité par la Lucarne des écrivains « à mettre devant tous les groins, à commencer par le vôtre » comme il est dit en quatrième de couverture.

Version « carnet » avec dessins en noir et blanc, format A5, 114 pages. Existe aussi en version album, colorisée.

Frais de porc à 1 centime d’euro.

Pour lire notre présentation longue de cet ouvrage, faites défiler la page ↓.

Date de livraison estimée : 25 décembre 2018
Catégorie : Étiquette :

Description

Pastiche de la Déclaration universelle des droits de l’homme, la Déclaration universelle des droits du cochon traduite du porcin par Armel Louis est un véritable pamphlet amenant une réflexion bienvenue sur la convention qu’il singe, ou plutôt qu’il cochonne.

Les porcs prennent le contrepied des humains en y exposant joyeusement les pulsions dont ils souhaitent la garantie en même temps que l’Organisation des porcheries unies consacre leur asservissement en tant que liberté.

Dès le préambule, le lecteur est assailli par la transposition des mots de la Déclaration universelle des droits de l’homme où la justice devient écorchage, les humains libres, des pourceaux domestiqués, et l’objectif d’instaurer de meilleures conditions de vie dans une liberté plus grande, celui d’instaurer de vastes fumiers dans une domestication généralisée.

Au fil des articles déroulés par le trouducteur, la critique semble plurielle, entre autres celle d’un monde loin de l’idéal consacré par la convention originelle et celle d’un texte n’entrevoyant pas nécessairement les penchants les moins reluisants de l’humain.

L’humour, cinglant et joyeux tout à la fois, est servi par les dessins du porcinateur Daniel Duhamel Arrapel, ses cochons aux traits humains n’étant pas sans rappeler l’adaptation cinématographique de la Ferme des animaux d’Orwell par John Halas et Joy Batchelor, la vivacité des couleurs attire une juste attention sur la sévérité de la critique.

Un très bel ouvrage édité par la Lucarne des écrivains « à mettre devant tous les groins, à commencer par le vôtre » comme il est dit en quatrième de couverture.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Informations complémentaires

Dimensions15 × 21 cm